Merci de me confier le privilège et l’honneur d’être la 145e personne à assumer la fonction de Bâtonnier du Barreau de Québec.

D’abord, je tiens à remercier les 1 825 membres qui ont exercé leur droit de vote par la voie électronique dans le cadre des élections qui ont mené à la finalisation de la composition du Conseil 2018-2019.
Merci à vous tous, membres du Barreau pour avoir participé à cet exercice démocratique. Vous vous êtes dotés d’un conseil représentatif de la diversité de notre section. Des hommes et des femmes qui mettrons leur énergie en commun pour vous servir !

À titre de bâtonnier, je succède à plusieurs hommes et femmes d’exception. J’ai eu la chance de côtoyer dans les deux dernières années une bâtonnière extraordinaire: il s’agit de la bâtonnière sortante : Me Maryse Carré. Toutes mes félicitations Maryse pour toutes les réalisations que tu as accomplies lors de tes deux mandats. Tu t’es grandement impliquée à faire rayonner notre barreau à l’International et tu as beaucoup voyagé pour nous représenter. Tu as aussi mis beaucoup d’efforts à faire rayonner le barreau au sein même de la section. Maryse, je tiens particulièrement à souligner combien j’ai été fier de faire partie de ton exécutif. Tu es une personne humaine, disponible, à l’écoute et des plus généreuses. Je te remercie pour ton implication exceptionnelle et pour l’amour inconditionnel que tu éprouves pour notre barreau.  Au nom de tous les membres du Barreau de Québec et en mon nom personnel, je tiens à te remercier.

C’est avec beaucoup de fierté, d’honneur et d’enthousiasme que j’entreprends mon mandat de bâtonnier. J’entends représenter, avec vigueur, les 4 200 avocates et avocats de Québec, Beauce et Montmagny. Afin de bien représenter les intérêts de tous les membres du Barreau de Québec, il faut une équipe qui travaille ensemble. Et quelle belle équipe nous avons, diversifiée compétente  et représentative! Juristes de l’état, praticien de petit cabinet, de grand cabinet, en entreprise et à la couronne. Je vous présente donc les  membres du Conseil 2019-2020.

Tout d’abord, les membres du comité exécutif :

La première conseillère : Me Caroline Gagnon de Gagnon Girard Beaulieu Matte

La secrétaire : Me Elif Oral de Norton Rose Fulbright

Le trésorier : Me Pierre Marc Bellavance de La Capitale

La conseillère élue parmi les avocats de l’administration publique et parapublique : Me Véronique Boucher du Directeur général des services de justice et des registres

La Conseillère élue parmi les avocats de la pratique privée : Me Marie-Claude Héroux de Héroux & Associé, avocats

Au poste de conseiller élu parmi les avocats œuvrant en entreprise : Me Geneviève Piché de la TÉLUQ

La doyenne de la Faculté de droit de l’Université Laval, conseillère élue parmi le corps professoral de la Faculté, Me Anne-Marie Laflamme

Nos conseillers élus parmi les membres de la section :

Me Jean-Vincent Lacroix du Ministère de la Justice et Me Simon-Pierre Lavoie du Directeur des poursuites criminelles et pénales

Et finalement, les représentants du JBQ : Me David Chapdelaine-Miller, président du Jeune Barreau et Me Antoine Sarrazin-Bourgoin, trésorier du Jeune Barreau

Nos  priorités de l’année sont :

  • Implanter à Québec un projet pilote de procès et d’un greffe sans papier. Ce faisant, intégrer les outils technologiques à notre pratique;
  • Une offre de formation accrue et abordable axée sur les nouvelles technologies, entre autres;
  • Établir deux  tables rondes, l’une pour la pratique civile, l’autre pour la pratique criminelle afin d’identifier les irritants et trouver des solutions pratiques pour améliorer notre pratique et du même coup l’accessibilité à la justice.

Est-ce normal pour des avocats de devoir argumenter en gestion pour avoir le droit de produire une défense écrite? Les règles et directives doivent être faites en fonction du type de dossier. Je crois qu’il y a des façons d’améliorer les choses encore plus, notamment au niveau des règles de pratique, des expertises, des dossiers hautement litigieux, de même que les gens se représentant seuls qui sont de plus en plus nombreux. Nos confrères et consœurs en pratique criminelle constituent le rempart pour la défense d’un droit fondamental : la présomption d’innocence ! Encore faut-il qu’ils puissent le faire décemment et dans des délais humainement supportables.

  • La révision du tarif d’aide juridique et son arrimage avec la nouvelle philosophie de règlement des conflits.
  • Le maintien pour l’avenir de la conférence des juristes de l’état.
  • Un programme de support et d’aide psychologique pour les membres qui en ont besoin en épaulant et bonifiant le programme mis en place par le JBQ l’an dernier;
  • Obtenir un changement législatif pour interdire les stages non rémunérés.

(Eh oui, il y en a !)

Je suis sensible à l’accessibilité à la justice et à la rendre plus humaine pour les praticiens comme pour les justiciables et c’est pour cela que j’aurai à cœur la réalisation de ces priorités. Nous aurons du pain sur la planche et nous verrons, en équipe, comment réaliser ces priorités et les mettre en œuvre de la meilleure façon possible.

Merci à tous pour votre présence et votre confiance.

        
MENU