Chères consœurs, chers confrères,

Le Conseil et moi-même avons débuté depuis le 1er mai nos travaux afin de vous servir.

Parmi les priorités de l’année entérinées par le Conseil, en lien avec la question de la santé psychologique, nous travaillons à améliorer la pratique du droit en identifiant les irritants de la pratique judiciaire (civile et criminelle) pour y apporter des solutions pour ensuite présenter le tout aux tribunaux  afin que, de concert, soit adopté de nouveaux comportements et règles de pratique.

J’ai rencontré dès mai et juin la majorité de nos comités concernés, lesquels se sont déjà mis au travail sur ces questions. Si vous avez quelques suggestions constructives à soumettre sur cette question, n’hésitez pas à communiquer avec moi.

Le sujet de la révision du tarif de l’aide juridique a retenu notre attention suite à la réception de l’offre du gouvernement. L’association des avocats de la défense et celle des familialistes ont aussi examiné cette offre.

Le 9 juillet dernier, j’ai participé à la  rencontre d’information qui  a eu lieu au palais de justice avec le bâtonnier du Québec, Me Paul-Matthieu Grondin. Les membres ont clairement exprimé leur avis qu’il n’y avait pas lieu d’accepter cette offre.

Le soir même, en réunion du conseil d’administration j’ai présenté un projet de résolution qui fut adopté à l’unanimité par le conseil en ces termes :

« ATTENDU QUE le Barreau du Québec a demandé au Barreau de Québec, dans le cadre d’un processus consultatif, son avis sur la proposition du Gouvernement du 3 juin 2019 et la proposition d’entente concernant l’ensemble des Tarifs des honoraires et débours reliés au régime de l’aide juridique, avant de procéder à sa signature;

CONSIDÉRANT QUE, de l’avis général des membres du Barreau de Québec concernés qui se sont exprimés sur la question, il n’y a pas lieu d’accepter cette proposition du 3 juin 2019;

EN CONSÉQUENCE, il est résolu, à l’unanimité, que le Conseil du Barreau de Québec ne donne pas son accord à ce que le Barreau du Québec signe l’entente du 3 juin 2019 et la proposition d’entente concernant l’ensemble des Tarifs des honoraires et débours reliés au régime de l’aide juridique. »

Suite à cela, et après sa tournée d’information, le Barreau du Québec n’a pas accepté l’offre gouvernementale, appuyant l’opinion des membres.

Nous devons donc continuer la négociation afin d’obtenir une véritable réforme de l’aide juridique qui respecte les nouvelles réalités et exigences de la pratique du droit. Bien que ce mandat soit sous la responsabilité du Barreau du Québec, nous collaborons avec lui et continuerons à le faire pour faire valoir les intérêts de nos membres.

En terminant, je vous convie tous à notre rentrée judicaire du 6 septembre prochain, un évènement incontournable du monde juridique de Québec.

À bientôt.

Louis Riverin